Innovations clefs

  • Acceptabilité sociale

Certains dispositifs introduits dans les services de rééducation ont fait l’objet d’étude ergonomiques poussées, qu’elles soient dirigées vers les patients ou vers les praticiens. Toutefois, ces études se cantonnent à la relation individualisée entre le robot, le patient et le praticien d’autre part. Elle ne s’inscrit pas dans un contexte de fonctionnement plus large lié, par exemple, à l’intégration d’un matériel coûteux et sophistiqué dans un service. Or, force est de constater que le taux d’utilisation de ce type de matériel dans  certains services est largement en-dessous de ce que le coût d’un tel équipement inviterait à viser.

Les méthodes d’ingénierie psychosociale que le CRPCC LAUREPS envisage de déployer, permettront de replacer l’utilisation du ROBO-K dans un cadre global tel qu’il est perçu par les usagers potentiels (environnement social) et incluant les critères déterminants pour ces derniers : apports ou limites du dispositif proposé par rapport à leurs pratiques professionnelles, à l’organisation d’un service, à la rééducation en elle-même, à ce qu’autrui en pensera, etc.

Enfin, la motivation du patient étant une composante fondamentale de l’efficacité de la thérapie, il convient d’en comprendre les ressorts profonds pour ne pas se contenter d’y répondre par un design attrayant ou des IHM colorées. Travailler sur l’acceptabilité sociale des usages potentiels de ROBO-K devrait favoriser son appropriation autant par les professionnels de santé que par les patients.

  • Reconstitution de la posture

La reconstruction de la posture et l’obtention d’un modèle « corps entier » du patient s’appuiera sur le savoir-faire du CEA LIST et de MOVEA. Les capteurs développés par MOVEA permettent de récupérer précisément les mouvements des segments sur lesquels ils sont fixés.

  • Commande transparente

Dans l’un des modes de fonctionnement du robot, dit transparent, le robot « suit » le patient, se faisant ainsi oublier de ce dernier. Ce type de fonctionnement, qui nous permet d’annoncer une marche naturelle car non entravée par un quelconque système, est une innovation par rapport à ceux existants. Ces derniers sont en effet assujettis soit aux mouvements mécaniques autorisés (sagittaux par exemple pour le Gait trainer ou pour tout système intégrant un tapis roulant), soit à l’inertie du dispositif pour les mobilités non commandées.