Contexte

De nouvelles méthodes de rééducation dont les principes proviennent des connaissances récemment acquises sur la plasticité cérébrale et les mécanismes d’apprentissage se développent. Certaines études ont également montré que le recours au principe de biofeedback (visuel, sonore ou haptique), améliore la motricité. Aujourd’hui la rééducation des troubles moteurs fait appel aux notions d’apprentissage, de diversité et de complémentarité des exercices qui doivent être orientés sur la tâche à accomplir. Dans l’esprit d’exercices orientés sur la tâche, il a été démontré plus récemment que l’entraînement prolongé est indispensable.

-

Le réentraînement automatique sur tapis roulant en a été une première illustration. Pourtant, cette marche sur tapis est impossible si le déficit est trop sévère, ce qui a conduit à proposer un allègement du poids du corps et un dispositif d’entraînement motorisé des membres inférieurs. La suspension permet de diminuer les contraintes posturales tout en renforçant l’automatisme de marche grâce à la répétition de la tâche. Différentes études1 ont montré la supériorité de ce type de dispositif pour la rééducation de l’hémiplégique en complément des méthodes traditionnelles grâce à l’effet suspension d’une part et à l’effet vitesse d’autre part. VISINTIN a comparé chez 100 sujets hémiplégiques les résultats obtenus par un entraînement avec 30%2 de suspension du poids du corps et sans suspension. Après 6 semaines de traitement, les performances du groupe suspendu sont meilleures que celles du groupe contrôle pour les scores d’équilibre, de récupération motrice, de vitesse de marche et d’endurance et se maintiennent trois mois après. POHL a montré que 24 sujets hémiplégiques entraînés pendant quatre semaines à une marche rapide (2m/s) ont une meilleure vitesse de marche que ceux qui ont été entraînés à moindre vitesse. Cette différence persiste après plusieurs mois.

ROBO-K propose un défilement contrôlé et omnidirectionnel sous les pieds. En outre il se différencie des autres systèmes en permettant une rééducation écologique qui sollicite virtuellement tout le système postural.


1 : 

Pohl and al. (Gait trainer)
Repetitive locomotor training and physiotherapy improve walking and basic activities of daily living in subacute, non-ambulatory stroke patients :a single-blind,randomised multi-centre (Deutsche GangtrainerStudie,DEGAS).
Clinical rehabilitation 2007;21(1):17-27

Schwartz and al. (Lokomat) Schwartz I, Sajin A, Fisher I, Neeb M,
Shochina M, Katz-Leurer M, et al. The effectiveness of locomotor therapy using robotic-assisted gait training in subacute stroke patients: a randomized controlled trial. PM R
2009;1(6):516-23.

2 :

Hesse and co Treadmill training with partial body weight support : influence of body weight release on the gait of hemiparetic patients. Neurorehabil Neural Repair 1997;11(1): 15-20