ROBO-K c’est fini, vive ROBO-K II !

Lancé en septembre 2012, le projet collaboratif ROBO-K qui visait à concevoir un robot mobile de rééducation de la marche s’est terminé le 12 janvier dernier.

Un projet robotique innovant et passionnant

Une réunion de clôture s’est tenue le 12 janvier dernier au service de médecine physique et de réadaptation du CHU de Rennes en présence de tous les partenaires, financeurs et pôles de compétitivité impliqués dans le projet.

Premier dispositif ambulatoire autonome pour la rééducation de la marche, Robo-K intègre de très nombreuses innovations techniques pour proposer au patient une rééducation écologique, la plus proche d’une marche naturelle, sans entrave ni aide technique.

Une démonstration du robot a permis aux partenaires d’appréhender et de visualiser le dispositif en fonctionnement dans un environnement thérapeutique.

Démonstration Robo-K
Démonstration Robo-K
Le système de suspension régulée du robot
Le système de suspension régulée du robot
Démonstration Robo-K
Démonstration Robo-K

 

Cette rencontre était aussi et surtout l’occasion de dresser un bilan et les résultats d’un projet passionnant tant humainement que techniquement. ROBO-K a fédéré, pendant 3 ans et demi, 6  partenaires autour d’un même objectif : apprendre à faire remarcher à l’aide de techniques avancées issues de la robotique.

Les partenaires du projet Robo-K
Les partenaires du projet Robo-K

Acceptabilité sociale du robot mobile

Le projet ROBO-K était également innovant par son approche et la place accordée aux questions d’usage et d’acceptabilité. Ces notions ont été le fil conducteur du projet, organisé autour de l’idée qu’un objet technique, pour servir sa finalité thérapeutique, devait s’insérer dans un processus impliquant différents acteurs (médecins, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, patients) au sein de l’organisation des soins d’un établissement particulier.

Dans le cadre de l’étude pilote qui visait justement à évaluer l’acceptabilité sociale des usages du dispositif, deux démonstrateurs ont rejoint le CHU de Rennes et le CMRRF de Kerpape en septembre 2015.

Des résultats très encourageants

Les résultats de l’étude sont très encourageants tant au niveau de l’acceptabilité du dispositif que sur son efficacité clinique. Sur un échantillon constitué de 36 patients, la majorité des indicateurs mesurant les performances de la marche se sont nettement améliorés. Par exemple, la mesure FAC (Functional Ambulation Classifications), test de marche fonctionnelle qui évalue la capacité d’ambulation, augmente de 40% en moyenne chez les patients.

Les résultats d’autres tests confirment l’efficacité clinique prometteuse du robot :

 

Avant l’utilisation de Robo-K

Après 4 semaines d’utilisation de Robo-K

10 MWT (10 meter walk test – test de marche sur 10 mètres)

54 secondes

38 secondes

TUG (Time up & Go – test du lever de chaise et marche)

47 secondes

32 secondes

6MWD (6-min walk distance – test de marche de 6 minutes)

103 mètres

164 mètres

Et après ?

Cette réunion fut également l’occasion d’annoncer le lancement du nouveau projet ROBO-K II. Projet collaboratif sur 18 mois financé par la région Bretagne et réunissant BA HEALTHCARE et le M2S (Laboratoire de biomécanique de l’Université Rennes 2), ROBO-K II permettra d’inclure la fonctionnalité de biofeedback qui n’avait pu être développée au cours du premier projet et de proposer un nouveau dispositif mobile plus proche des attentes du marché, dans la perspective de sa future industrialisation. Le projet ROBO-K II devrait commencer courant février.

En parallèle, dans le cadre d’un FHU (projet de recherche Fédératif Hospitalo-Universitaire), le CHU de Rennes continuera d’utiliser le démonstrateur ROBO-K pour mener une étude d’efficacité auprès de 74 patients supplémentaires et consolider ainsi ses premiers résultats très encourageants.